Soutenance de thèse - Mr. Noomen LAHIMER, le jeudi 5 mars 2009 à 11h30

05.03.2009

Mr. Noomen LAHIMER présente ses travaux intitulés "La Contribution des Investissements Directs Etrangers à la réduction de la pauvreté en Afrique subsaharienne ", en vue de l'obtention du Doctorat en Sciences Economiques.

 

 

La soutenance a lieu le jeudi 5 mars 2009 à 11h30, en salle des thèses, D.520.

 

Membres du jury :

 

M. Claude ALBAGLI, Maître de Conférences, Université Paris 12, Rapporteur du jury

M. François GARDES, Professeur des Universités, Université Paris1 Panthéon-Sorbonne, Rapporteur du jury

M. Messaoud BOUDHIAF,  Professeur, Université Tunis El -Manar, Membre du jury

Mme. Sandrine MESPLE-SOMPS, Chargé de Recherches, IRD, Membre du jury

M. EL MOUHOUB MOUHOUD, Professeur des Universités, Université Paris-Dauphine,  Membre du jury

M. Alain BIENAYME, Professeur des Universités, Université Paris-Dauphine, Directeur de thèse

M. Mohamed GOAIED, Professeur, Université Tunis El -Manar, Directeur de thèse

 

 

Résumé :

Ce travail analyse les effets des IDE sur la réduction de la pauvreté en Afrique Subsaharienne entre 1990 et 2005. Nous décomposons les effets des IDE sur la pauvreté en deux mécanismes : institutionnel et économique. Premièrement, l’étude du mécanisme institutionnel par une analyse en composante principale, montre que les IDE manufacturiers sont positivement corrélés avec les dimensions du développement, du climat d’investissement et de la réduction de la pauvreté. Deuxièmement, l’analyse des effets économiques des IDE sur la réduction de la pauvreté se scinde en deux volets. D’une part, les firmes multinationales peuvent soit évincer soit stimuler les firmes locales. L’application de la méthode d’estimation GMM d’Arenallo et Bond (1991) sur un panel de pays de la sous-région montre que les IDE exercent des effets d’éviction sur les investissements locaux. D’autre part, les IDE affectent la pauvreté absolue à travers leurs effets sur la croissance et sur les inégalités. En utilisant les techniques d’estimation en équations simultanées sur des données de panel nous trouvons que les IDE dans les industries extractives favorisent la croissance mais augmentent les inégalités. Par conséquent, l’augmentation de ces IDE serait suivie par une augmentation du taux de la pauvreté absolue. Ainsi, la réduction de la pauvreté dans ces pays doit se baser principalement sur des processus de distribution.

 

 

 

Mots clés : IDE, pauvreté, croissance, Afrique Subsaharienne, équations simultanées.