Quels sont les nouveaux réseaux sociaux utilisés par les étudiants ?

10.05.2016

En février 2016, la bibliothèque de Dauphine conduisait une enquête sur les pratiques numériques des Dauphinois : l’occasion de faire le point sur les compétences des étudiants en recherche d’information, sur le matériel dont ils sont équipés mais aussi sur les outils en ligne qu’ils utilisent

La question posée

L’une des questions posée dans l'enquête, « Quels réseaux sociaux utilisez-vous ? », proposait comme options de réponse Facebook, Twitter, Google+ ainsi qu'une dizaine d’autres réseaux.

Elle intégrait également des outils qui ne sont pas à proprement parler des réseaux sociaux mais dont la fonction sociale tend à croître : Youtube, Tumblr ou encore Flickr.

Les réponses

Sans surprise, dans les résultats généraux de l’enquête, Facebook est largement en tête : 87% des répondants disent l’utiliser. Le taux d'utilisation est inversement proportionnel à l'âge des utilisateurs : les étudiants de master sont 94% à utiliser Facebook et les étudiants de licence… 98%.

Pour les autres réseaux, les résultats sont plus nuancés : Twitter, notamment, n’est utilisé que par 28 % des répondants. Il semble toutefois que l’utilisation de ce réseau croisse avec le niveau : il est utilisé par 26 % des étudiants de licence mais 30 % des étudiants de master.

Les conclusions sont encore plus contrastées quant à l'utilisation de LinkedIn : le réseau social professionnel est utilisé par 37 % des étudiants de licence mais 78 % des étudiants de master et de doctorat.

Les réseaux qui montent

La tendance qui se dessine pour les nouvelles générations d'étudiants est très marquée : les réseaux sociaux faisant intervenir la photo et la vidéo tendent à supplanter tous les autres.

Youtube est cité par 73% des répondants, chiffre qui monte à 85 % chez les étudiants de licence. Instagram est utilisé par 39 % des répondants mais 53 % des étudiants de licence. Enfin, l'exemple le plus spectaculaire est celui de SnapChat, le réseau de partage de vidéos chronodégradables : très peu pratiqué par les doctorants (9 %), il est largement utilisé par les étudiants de master (50 %) et plébiscité par les étudiants de licence (77 %).