Comment mieux mesurer la liquidité ?

04.11.2015

Le niveau de liquidité est un élément déterminant dans le bon fonctionnement des marchés. Pourtant, il est encore très difficile de le mesurer, notamment car il dépend de plusieurs paramètres : le temps, le volume et le prix. Les travaux présentés par Gaëlle Le Fol, professeur à l’Université Paris-Dauphine au sein de DRM-Finance, et ses coauteurs proposent une nouvelle mesure de liquidité qui intègre ces différentes dimensions.

Les chercheurs ont construit une méta-mesure basée sur quatre indicateurs (le spread relatif bid/ask ; le taux de rotation d’un titre, le ratio Amihud et le spread effectif).
Baptisée MLiq, elle détermine la probabilité que toutes les mesures signalent un problème de liquidité simultanément. Autrement dit, elle met en évidence les instants où l’ensemble des indicateurs passent d’un statut liquide à un statut illiquide. Elle est ainsi capable d’identifier et d’anticiper les graves crises de liquidité.

MLiq présente deux principaux avantages par rapport aux autres indicateurs.
D’une part, elle inclut différentes dimensions de la liquidité, et d’autre part, elle se focalise sur la dynamique (les moments où l’on passe à un stade d’illiquidité) et non pas sur le niveau de chaque mesure.
En s’appuyant sur cet outil, les gestionnaires d’actifs ont la possibilité de déterminer très rapidement quels titres sont confrontés à de gros problèmes de liquidité, puis de les vendre tant que les conditions de marché le permettent encore. MLiq s’inclut donc dans une stratégie de couverture contre le risque de manque de liquidité.

Lire le magazine Dauphine Recherches n°16-17