du 03 au 09 mars 2017

09.03.2017

A la Une

Les principaux candidats à la présidentielle sont invités à passer leur "grand oral" face aux étudiants de l’Université Paris-Dauphine le 29 mars prochain. "Nous voulons permettre aux étudiants de Dauphine d'avoir un débat politique adapté aux jeunes", explique Victor Tailleur, président de l’association Dauphine Discussion Débat (DDD), résumant ainsi le rôle de l'association depuis 15 ans. "C'est l'occasion pour les politiques de tenir un discours pertinent et adapté", ajoute-t-il. Les cinq principaux candidats ont été contactés : Jean-Luc Mélenchon et Emmanuel Macron sont déjà sûrs ; Benoit Hamon, Marine Le Pen et François Fillon doivent encore confirmer.
(Le Parisien, 10/03)

Université Paris-Dauphine

L'Université Paris-Dauphine ouvre à Marseille, à la Kedge Business School, la première certification "gestion d'actifs islamique et assurance Takaful" pour les professionnels et les étudiants. Présente dans 60 pays et prédominante dans 14 pays et avec un volume d'activité mondiale de 2 000 milliards de dollars, la finance islamique devrait atteindre 3 250 milliards de dollars en 2020. L'Université explique dans un communiqué que depuis le lancement de son Executive Master Principes et Pratiques de la finance islamique en octobre 2009, elle veut se positionner comme l'un des acteurs de référence de la finance islamique auprès des institutions financières en France, en Afrique et au Moyen-Orient. L'Université Paris-Dauphine s'appuie notamment sur ses deux campus de Tunis et de Casablanca.
(www.boursorama.com, 03/03)

Anne de Richecour, jusqu'alors directrice interrégionale adjointe pour l'interrégion Ile-de-France de la Caisse des Dépôts, chargée du développement économique et des universités, a été nommée directrice de cabinet d’Isabelle Huault, présidente de l'Université Paris-Dauphine.
(La Correspondance Economique, 08/03 ; Bulletin Quotidien, 08/03 ; Le Figaro, 09/03)

L'encadrement du recrutement sur Internet se renforce progressivement. La loi sur la cohésion sociale de 2005 a interdit la vente d'offres ou de demandes d'emploi. Les offres à caractère discriminatoire sont encadrées par le code du travail, mais les nouveaux outils du recrutement 2.0 ont parfois des effets pervers, difficilement contrôlables. Ainsi, des enquêtes menées par le cabinet Mosaik RH et l'Université Paris-Dauphine montrent que le CV vidéo, qui se banalise, augmente le risque de discrimination pour les personnes en surpoids ou au physique peu attrayant.
(Le Monde Eco & Entreprises, 09/03)

Chaires d’enseignement et de recherche

Faire tourner l'usine, protéger les salariés, écouler la marchandise...Pour atteindre ces objectifs, certaines multinationales opérant dans des zones de conflit perdent leurs repères éthiques et se livrent à des pratiques contestables. "Dans le monde des affaires, il y a les vrais cyniques qui vont où personne ne va. Ceux qui ne s'engagent pas. Et parfois, on entre dans des zones grises", observe Nicolas Berland, co-directeur de la chaire "Ethique et gouvernement d'entreprise" de l'Université Paris-Dauphine.
(AFP, 09/03 ; www.la-croix.com, 09/03 ; www.leparisien.fr, 09/03 ; www.lexpress.fr, 09/03)

Enseignants et experts de Paris-Dauphine

Catherine Léger-Jarniou, maître de conférences à l'Université Paris-Dauphine, revient sur les raisons et les freins de l'entrepreneuriat des jeunes femmes. Si les jeunes femmes s’autorisent plus que leurs prédécesseurs à envisager créer une entreprise, "les filles sont plus frileuses que les garçons car la culture fait qu'elles se sentent moins légitimes. La création d'entreprise reste un acte identifié comme masculin", estime-t-elle, ajoutant que "ce qui manque, ce sont des success-story féminines de quatre ou cinq dirigeantes très dynamiques et médiatiques, à l'image d'un Zuckerberg au féminin".
(Le Progrès, 07/03)

La Croix s’interroge sur les possibles limites de l’accueil des migrants et les solutions à adopter face à l’afflux. Actuellement, observe El Mouhoub Mouhoud, professeur d'économie à l’Université Paris-Dauphine et auteur de L'Immigration en France. Mythes et réalités, "on assiste à une double concentration des migrants : dans certains pays européens et, à l'intérieur des pays, dans certains endroits comme Calais. Si on organise mieux les choses en les répartissant en fonction du PIB et du taux de chômage des territoires, les choses se passeront mieux".
(La Croix, 08/03)

Etudiants et Alumni de Paris-Dauphine

Libération consacre son édition spéciale à des réfugiés, qui livrent leurs impressions et leur regard sur leur nouvelle vie en France. Parmi eux, Guennadiy Pak, 20 ans, est étudiant en économie à l’Université Paris-Dauphine. Guennadiy est arrivé en France en 2005 avec ses parents et sa petite sœur de 2 ans. Il n'a jamais tout à fait su pourquoi ils étaient partis de son Kazakhstan natal. L'apprentissage du français a été difficile, "même au lycée, j'avais du mal". Jusqu'à ce qu'il passe son bac franco-russe. "A partir de là, j'ai vraiment pu réussir", explique-t-il.
(Libération, 07/03)