du 24 au 30 novembre 2017

30.11.2017

Université Paris-Dauphine

Dans une enquête réalisée auprès des 129 adhérents de la Conférence des présidents d'université (CPU), 29 établissements parmi 53 répondants déclarent "avoir des projets en matière de logement". Dix d'entre eux envisagent de participer à la construction ou la réhabilitation de logements ; deux seulement se disent désireux de mettre à disposition du foncier. "Nos actions ne se substituent pas à celles du Crous ou des organismes de logement social, elles sont complémentaires", a estimé Isabelle Huault, présidente de l’Université Paris-Dauphine qui accueillait les "Rendez-vous du logement étudiant" le 21 novembre dernier.
(www.caissedesdepotsdesterritoires.fr, 24/11)

Enseignants et experts de Paris-Dauphine

Marine Le Pen et le Front National va déposer plainte contre la Société Générale et HSBC. Tous les comptes du parti et le compte personnel de la dirigeante ont été fermés. Bernard Grelon, avocat et professeur de droit financier et commercial à l’Université Paris-Dauphine conseille à la banque de se retrancher derrière le secret bancaire.
(Sud Radio, 23/11)

S'ils saluent un dialogue plus direct, des chercheurs s'alarment de certaines mesures de la réforme du code du travail, comme le référendum dans les petites entreprises qui court-circuite l’influence des syndicats. Pour Arnaud Mias, sociologue et professeur à l’Université Paris-Dauphine, cette mesure "contourne complètement le contrôle syndical". "C'est un texte unilatéral qui est présenté avec pour seule réponse : oui ou non", ajoute-t-il. "C'est une tromperie de présenter cela comme un renforcement de la négociation collective".
(Le Monde, 25/11)

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a annoncé fin octobre son intention d’engager la chasse aux "opérations inutiles" qui aggraveraient inutilement le déficit de la Sécu. "Il y a trop peu de régulation par la qualité des soins", assure Brigitte Dormont, professeure à l'Université Paris-Dauphine, où elle est responsable de la chaire santé. Testés avec succès à l'étranger, maints outils anti-abus ont prouvé leur utilité. Aux Etats-Unis par exemple, les assurances privées placent sur liste noire de longue date les médecins qui enlèvent plus de 30% d'utérus normaux. En France, Agnès Buzyn s'attelle cet automne, en modifiant à la marge les tarifs hospitaliers dans le cadre du budget de la Sécu, à mieux rémunérer "la bonne médecine".
(www.lejdd.fr, 27/11)

Aurélie Daher, enseignante à l’Université Paris-Dauphine, analyse la présence du Hezbollah sur le sol libanais dans le contexte géopolitique actuel. Elle rappelle ses forces et ses faiblesses, tout en affirmant qu’il n’est pas un agent de l’Iran dans la région. Elle relativise son appellation d’organisation "terroriste", employée par la Ligue Arabe notamment, largement dominée et influencée par l’Arabie Saoudite.
(Le Figaro, 27/11)

Remboursement à 100% des frais d'optique, soins dentaires, prothèses auditives : qui va payer ? Florence Jusot, professeur d'économie de la santé à l'Université Paris-Dauphine, s'interroge notamment sur l'idée d'aboutir à un reste à charge zéro. Elle estime par ailleurs que l'apparition de certains acteurs sur Internet peut permettre de faire jouer la concurrence.
(France Culture, 28/11)

Etudiants et Alumni de Paris-Dauphine

Comme chaque année, les 30 candidates au titre de Miss France se sont soumises au fameux test de culture générale du comité. Parmi toutes les Miss en lice, c’est la candidate venue tout droit de Corse qui a décroché la première place. Avec une note de 18/20, Eva Colas, étudiante à l’Université Paris Dauphine, a relevé haut la main l’un de ses plus gros défis."Je suis contente parce que j’avais promis à mes professeurs que je ferais le maximum pour obtenir le meilleur résultat…" a-t-elle en effet déclaré après l’annonce des résultats.
(www.franceactu.net, 29/11)