du 19 au 25 mai 2017

25.05.2017

Université Paris-Dauphine

L’étude "Engaging Workplace" menée par l'Université Paris-Dauphine pour l'Observatoire de l'engagement reconnaît que les projets d'aménagement des bureaux créent du lien avec le corps social "mais sans que les DRH puissent établir une relation entre l'espace et la motivation". Le volet qualitatif de l’étude montre une généralisation de l’open-space nouvelle génération. L'étude met en avant une reconnaissance des activités et des temps non directement productifs au travers d'espaces dédiés à la détente, ainsi qu'une modularité et une liberté d'utilisation des espaces.
(Entreprise & Carrières, 16-22/05 ; Les Echos Business, 22/05)

Financements publics, multiplication et diversification des cursus : il est de plus en plus facile de se former au cours de sa vie professionnelle. Que ce soit pour accélérer sa carrière ou pour se préparer au grand saut vers l’entrepreneuriat. La manière de former a, en effet, grandement évolué, s'enthousiasme Sébastien Duizabo, directeur de la formation continue à l'Université Paris-Dauphine, qui offre une large palette de cursus dans ce domaine du MBA généraliste aux modules spécialisé. "Dans la formation continue, il est plus facile d'innover sur le plan pédagogique que dans la formation initiale, dont les règles sont plus strictes", explique-t-il.
(Challenges, 24-31/05)

Enseignants et experts de Paris-Dauphine

Emmanuel Macron a fait de "la société civile" l'étendard de son mouvement politique. Derrière ce "leurre marketing, qui ne répond en rien à la crise de la représentation politique", beaucoup alertent sur de potentiels conflits d'intérêts. Pour le sociologue Paul Lagneau-Ymonet, maitre de conférences à l’Université Paris-Dauphine, "ce label permet de faire entrer les intérêts privés et de leur confier les clés de la maison", "Sous couvert défaire venir des "experts", on en vient à oublier que ces gens importent dans le monde politique les intérêts particuliers des domaines d'activités dont ils étaient des membres éminents", s’inquiète-t-il dans L’Humanité. "La clé de la réussite n'est pas dans le choix des ministres ni dans la mise en scène d'un volontarisme factice", indique Nicolas Colin professeur associé à l'Université Paris-Dauphine dans L’Obs. Même spécialistes de leur secteur, "nos nouveaux ministres vont s'installer à la tête de ministères qui sont dépassés dans leur organisation, leur culture et leur rapport aux administrés".
(L’Humanité, 22/05 ; L’Obs, 24/05)

Florence Jusot, professeur à l'Université Paris-Dauphine, explique les causes des inégalités en matière de santé. Selon elle, les conditions de travail, influant sur les risques de maladie et le niveau de revenus conditionne l’accès aux soins. Pour rompre ce cercle vicieux, elle propose d’améliorer les conditions de travail, en les contrôlant, pour éviter les impacts trop négatifs de certains métiers sur la santé. D'autre part, renforcer la protection sociale pour que la maladie ne soit pas un facteur d'exclusion.
(Le Dauphiné Libéré, 23/05)

Isabelle Veyrat-Masson, directrice du laboratoire « Communication et Politique » à l'Université Paris-Dauphine, explique dans un dossier consacré à la personnalité de Brigitte Macron dans L’Obs, que "c’est la première fois, sous la Ve République, qu'un couple entre à l'Elysée après avoir été autant médiatisé. La relation d'Emmanuel et de Brigitte Macron est devenue un argument politique". Pour être tombé amoureux et avoir épousé sa professeure, Emmanuel Macron apparaît ainsi comme un personnage romantique et transgressif. "C'était un atout pour son image… cette notoriété souriante permettra sans doute de mieux faire avaler les premières mesures gouvernementales désagréables" ajoute-t-elle.
(L’Obs, 25-31/05)

Alors que le marché pharmaceutique mondial affichait une croissance dynamique de 7% en 2016, la France faisait triste mine. Le marché français était en récession de 0,4% l’année dernière. Mais les prévisions pour les cinq prochaines années sont un peu plus encourageantes puisque le marché devrait se stabiliser sur la période 2017-202. "Afin de relancer la recherche et l’innovation thérapeutique au bénéfice direct des patients, il paraît aujourd’hui indispensable de recréer une coopération transparente entre les industriels du médicament et les autorités de santé", a commenté Claude Le Pen, professeur à l’Université Paris-Dauphine.
(www.usinenouvelle.com, 19/05)