Yves Meyer, ancien Professeur à l’Université Paris-Dauphine, reçoit le Prix Abel 2017

08.04.2017

La qualité scientifique de l’Université Paris-Dauphine récompensée par l’obtention du Prix Abel 2017 pour Yves Meyer, ancien professeur et membre du Ceremade de 1985 à 1995.

Un parcours brillant

Yves Meyer est né le 19 juillet 1939. Ancien élève du lycée Carnot de Tunis, il a été un lycéen particulièrement remarquable (primé au concours général de Grec et de Mathématiques), et reçu premier à l'Ecole Normale Supérieure alors qu'il venait d'avoir 18 ans, après seulement une année de classes préparatoires. Agrégé, il enseignera trois ans au prytanée militaire de la Flèche, où il commencera une thèse. Reçu au CNRS, son premier poste universitaire sera à Strasbourg, de 1963 à 1966. Il est actuellement professeur émérite à l’Ecole normale supérieure Paris Saclay (anciennement Ecole normale supérieure de Cachan), après avoir été professeur à l'université d'Orsay (1966-1980), l'Ecole Polytechnique (1980-1986) et l'Université Paris-Dauphine (1985-1995). Yves Meyer a écrit 14 livres, et plus de cent articles de recherche.

Ses distinctions

Il est membre de l'Institut, Docteur honoris causa de l'Universidad Autonoma de Madrid et membre étranger de l'American Academy of Arts and Sciences. Il a été titulaire du cours Peccot (enseigné chaque année au Collège de France, par un jeune mathématicien de moins de trente ans). Il a reçu les prix Salem (1970) et Carrière (1972), et le grand prix de l'Académie des Sciences (1984).

Le prix Abel 2017

Portant le nom du mathématicien norvégien Niels Henrik Abel (1802-1829), le prix a été créé par le gouvernement norvégien en 2003 avec l’objectif de combler l’absence de prix Nobel de mathématiques, la Médaille Fields, plus célèbre récompense internationale en mathématiques étant réservée aux chercheurs de la discipline de moins de 40 ans.

Le prix Abel a été décerné cette année à Yves Meyer pour ses travaux sur la théorie mathématique des ondelettes, qui permet de décomposer tout signal en composantes élémentaires simples, ayant toutes la même forme. Ce champ de recherche a de nombreuses applications notamment dans :

  • l’analyse des couches de sol (en simulant une onde sismique, et en modélisant sa décomposition en ondelettes, il est possible de définir la composition du sous-sol sans recourir à des forages) ;
  • le traitement du signal de l'image et de la vidéo (codage, transmission, débruitage, reconstruction d'images floues...). Ainsi, le standard JPEG, utilisé comme norme en compression d'image, est, depuis l'an 2000, basé sur les décompositions en ondelettes…

Pour en savoir plus, consulter le communiqué de presse en cliquant ici