L'alumni du mois : Bénédicte Brouard est une femme d’entreprise à forte composante internationale

17.04.2018

Chaque mois, découvrez le portrait d'un diplômé de l'Université Paris-Dauphine.

Sa biographie

Partner Europe du cabinet -d’origine indienne- de recrutement de dirigeants Positive Moves depuis 2010, elle accompagne les entreprises occidentales dans leur développement en Asie, en Afrique et au Moyen Orient.
Elle a conduit un parcours de 25 ans à la direction générale de Sonepar où, directeur des relations extérieures (finances/achats/commercial/développement) puis directeur général adjoint, elle a apporté une contribution remarquée à son développement.
Elle s'est impliquée depuis 2000 dans l'accélération de la croissance d'entreprises de taille moyenne ou de start up, crée une société de conseil, B-REF en 2002 et participe aux comités d'investissement de Lafayette International puis d'Aurinvest où elle coache trois participations (Sinequa, Novacyt et Famoco).
Femme d'entreprise à forte culture internationale, elle est conseiller du commerce extérieur de la France, a été pendant 11 ans président du comité Paris qu’elle a créé et également membre du conseil d’administration du comité national.
Membre de l’Institut Français des Administrateurs, (IFA) , elle est aussi active dans les réseaux féminins comme le Women’s Forum, le club L-Femmes Forum et encore Women in Africa créé récemment par Aude de Thuin.
Elle intervient également au Comité de la Charte, après s’être occupée du mécénat entreprises aux Restaurants du Cœur.
Elle est chevalier de la Légion d’Honneur et officier du Mérite.

Bénédicte Brouard est titulaire d’une licence d’Histoire de la Sorbonne, d’une maitrise de gestion de l’Université Paris-Dauphine et est diplômée de Sciences Po Paris. Elle est Grande Donatrice et Vice Présidente de la Fondation Paris-Dauphine depuis 2016.

L'interview

Quelles études avez-vous suivi à l’Université Paris-Dauphine ?
Une maitrise de gestion.

Quel est votre meilleur souvenir à Paris-Dauphine ?
Il y en a tellement ! C’était les débuts de Dauphine en 1968 et tout était possible avec une peu de détermination comme la création du Ski Club de l’université et du Grand Prix de Dauphine avec Francis Latarjet. Je me souviens aussi des compétitions universitaires, nous partions à la sortie des cours et arrivions dans les stations au petit matin, sans oublier l’extraordinaire cours de marketing de Georges Chetochine et la découverte du droit !

Avez-vous gardé des contacts avec des anciens de votre promotion ?
Oui et c’est un vrai plaisir.

Qu’est-ce que vos études à Paris-Dauphine vous ont apporté dans votre parcours professionnel ?
Le goût de l’entreprise et l’esprit d’entreprendre, la capacité d’oser.

Quelle image avez-vous de l'université aujourd’hui ?
J’ai une grande reconnaissance envers mes jeunes successeurs à l’université qui, avec le corps professoral, ont porté haut les couleurs de Paris-Dauphine aujourd’hui reconnue comme une université d’excellence et une grande école.
C’est d’ailleurs la raison de mon engagement dans la Fondation Paris-Dauphine. On ne soulignera jamais assez l'importance de la soutenir afin de renforcer notamment le programme Égalité des Chances. Ouvrir Paris-Dauphine à des étudiants issus de quartiers difficiles grâce à un accompagnement en première et terminale relève de l’intérêt général, c’est un enjeu de mixité sociale. Que 10% des effectifs proviennent de cette filière est une performance remarquable ! Le soutien au positionnement international de Paris-Dauphine dans la compétition mondiale mais aussi le développement de résidences étudiantes sont d’autres éléments de motivation.

Quelle importance accordez-vous à la construction d’un réseau dans un parcours professionnel ?
J’ai la faiblesse d’être une femme de réseau et je soutiens fortement les réseaux féminins. Je trouve un peu surprenant parfois que les 85 000 diplômés de Dauphine n’aient pas tous compris l’intérêt de s’inscrire comme alumni.
Les anciens de Sciences Po, HEC ou l’X, eux, l’ont compris depuis longtemps !

Quels conseils donneriez-vous à des étudiants entrepreneurs voulant créer une start-up ?
Allez-y ! Vivez votre passion ! Entourez-vous bien ! Et apprenez de vos échecs !