du 04 au 10 août 2017

10.08.2017

A la Une

Le Monde consacre un article à la fondation de l’Université Paris-Dauphine et de l’université de Vincennes, toutes deux créées en 1968 pour faire face à l’afflux d’étudiants. Sous l’impulsion de Pierre Tabatoni, "Paris-Dauphine participe (alors) à la mue de l’université française" en cherchant à "réconcilier l’université et l’entreprise" en adaptant les formations aux besoins et en privilégiant la pluridisciplinarité," notamment à travers une approche combinée des mathématiques, de la science économique, du droit, de la sociologie, du marketing et de l’informatique".
(Le Monde, 06-07/08)

Université Paris-Dauphine

Le coût des études supérieures n’a cessé d’augmenter au cours des dernières années. Les frais de scolarité des écoles de commerce ont ainsi crû en moyenne de plus de 50% en 7 ans. A l’Université-Paris-Dauphine, si les étudiants ne doivent payer que 2 000 euros pour obtenir un diplôme "de base", le coût d’un Global Bachelor effectué à Londres s’élève à 12 000 euros.
(franceinfo, 05/08)

Selon Société Civile, le système de tirage au sort auquel sont soumis les étudiants souhaitant poursuivre leur cursus dans des filières très demandées est profondément insatisfaisant. "Les différents établissements doivent retrouver leur liberté de recruter les candidats qu’ils souhaitent en fonction de leur projet d’établissement et de leur capacité", affirme le mensuel avant de rappeler que "cela fonctionne très bien dans les rares universités "libres" comme Paris-Dauphine ou l’Université technologique de Compiègne".
(Société civile, juillet/août)

Enseignants et experts de Paris-Dauphine

En un an, le prix du kilo de gousse de vanille est passé de 150 à 600 dollars. "Une flambée comme on n’en avait rarement connue", constate Philipe Chalmin, le professeur d’histoire économique à l’Université Paris-Dauphine expliquant que "l’inorganisation du marché au niveau malgache" est en grande partie à l’origine de cette flambée des prix. Si Madagascar représente encore 80% de la production mondiale, d’autres pays comme la Nouvelle Guinée, l’Ouganda et l’Inde "pourraient prendre le relais d’ici deux à trois ans", estime Philippe Chalmin selon qui "d’autres produits au goût vanillé, comme la fleur du giroflier, pourraient également détrôner la vanille".
(www.boursorama.com, 09/08)

Etudiants et Alumni de Paris-Dauphine

L’AFP consacre un article à la famille Combescure dont le père, le fils et la fille s’apprêtent à participer au championnat du monde de bridge qui aura lieu du 12 au 26 août à Lyon. Vice-champion d’Europe Junior 2017, Baptiste Combescure, 20 ans, évoque les qualités que requiert ce jeu : "un esprit sain dans un corps sain", résume cet étudiant en master 1 gestion du patrimoine à l’Université Paris-Dauphine.
(www.challenges.fr, 10/08 ; www.france24.com, 10/08; www.lepoint.fr, 10/08; www.lexpress.fr, 10/08)